La formation en danse à l’époque de So You Think You Can Dance

Depuis le début des années 2000, il n’y a pas un continent qui n’ait été emporté par l’enthousiasme provoqué par les émissions telles que SYTYCD. La génération d’enfants et d’adolescents qui ont grandi en suivant le parcours des talentueux danseurs et danseuses sélectionnés pour ces compétitions sont avides d’exécuter les chorégraphies de leurs idoles et de ressembler à ces beautés télévisuelles aux belles valeurs sur scène comme dans la vie.

Cette prémisse de départ étant bonne et ayant fait exploser le nombre d’inscriptions dans les écoles de danse (par extension, plusieurs écoles sont nées dans l’esprit de ces mêmes émissions), la réalité de la formation en danse est parfois autre que celle imaginée et transmise par les caméras des producteurs télé.

Voici quelques constats que vous ferez si vous passez du rêve à la réalité et que vous amorcez un parcours d’apprentissage en danse:

  1. Votre corps n’a pas la science infuse

Les finalistes des émissions populaires sont sélectionnés parmi des dizaines de milliers d’aspirants. Ils ont pour la plupart complété une formation de haut niveau à l’intérieur d’une école de formation professionnelle. Ils sont doués (très doués!), et leur corps de rêve possède toutes les qualités requises pour un entraînement des plus intense en danse. Pour un humain dans la moyenne, ces exploits ne sont pas réalistes et mènent plus souvent qu’autrement au cabinet du médecin.

  1. La magie de la télé cache aussi une réalité: l’échec

Ce n’est pas donné à tout le monde de réaliser en accéléré un parcours qui mène de l’ombre à la lumière. Vous ne le voyez pas mais dans ce milieu, les blessures et le stress en laissent plusieurs hors des projecteurs.

  1. La danse ne se résume pas qu’à mettre en mouvement des chansons

Ce que vous regardez, ce sont des chorégraphies. Pour les réaliser et rendre l’émotion, il faut un entraînement solide, long et qui mène à une compréhension de son corps dans les moindres détails. La formation en danse devrait d’abord vous permettre d’accroître votre alignement, votre force musculaire, votre souplesse et graduellement intégrer un vocabulaire de plus en plus complexe. Les chorégraphies sont comme des histoires racontées avec ce vocabulaire. Il est donc faux de croire qu’on peut écrire tout ça sans avoir acquis le vocabulaire.

  1. Au-delà du look, c’est le senti qui prime!

Un danseur ou une danseuse est en mesure d’exceller lorsqu’il ou elle est capable d’exécuter des pas de façon sécuritaire en s’investissant dans l’interprétation de ceux-ci. Tout est donc question de ressenti, pas d’esthétisme 😉

En espérant que ces quelques explications vous permettent de comprendre que vous ne ferez pas QUE ce que vous voyez dans vos émissions de danse préférées en entrant en studio, nous vous souhaitons un parcours en danse enrichissant et d’y réaliser votre potentiel dans le respect de vos capacités.

Julie Morin, directrice École Florence Fourcaudot